Mainstream from SensoProjekt on Vimeo.

Titre : Mainstream
Realisation : Anna Marziano
Production : Ateliers Varan
25 min, 2009, France

Entretien avec Anna Marziano

SensoProjekt : Le film Mainstream a été réalisé à l’issue d’une formation à Paris aux Ateliers Varan*. Pourquoi avoir choisi de faire un film sur un artiste ? Quels étaient les enjeux d’un tel sujet au regard de votre apprentissage ?
Anna Marziano : « Mainstream » est mon tout premier film. Son sujet touche à la dimension éthique de l’acte artistique, une réflexion dont je me sentais proche en tant que « jeune » réalisatrice. Je me suis donc interrogée sur la réception de l’art par le public et sur les dynamiques et les conséquences du fonctionnement du marché de l’art. A mon sens, une partie importante de la production d’art contemporain se définit par des considérations exclusivement plastiques et au détriment de la pratique artistique elle-même. Il ne s’agissait donc pas de réaliser un film sur un artiste mais plutôt de questionner les processus de création en tant que tels (celui d’autrui autant que le mien) et dans le rapport qu’ils entretiennent avec la société.

SP : Connaissiez-vous Dan Perjovschi avant de faire le film ? Est-ce son travail, sa démarche qui vous a donné envie de le filmer ?
A.M. : Je ne connaissais pas Dan Perjovschi personnellement mais j’avais eu occasion de découvrir son travail dans de nombreuses exhibitions en Italie, parmi lesquelles la Biennale de Venise et celle du Palazzo Strozzi à Florence. Son travail – reconnu dans le monde de l’art contemporain – s’affiche à l’intérieur des espaces dédiés à l’art, alors que sa pratique – avec le recours de moyens très simples et affranchie de l’omniprésence de l’objet – transforme ces lieux et permet au public de faire l’expérience d’un espace mental transitoire. C’est en cela que mes travaux filmiques, où le processus de réalisation joue un rôle essentiel, rejoignent la réflexion de cet artiste. Que ce soit dans « De la mutabilité de toute chose et de la possibilité d’en changer certaines » ou dans le film « Variations ordinaires », je cherche à élargir les limites de la forme documentaire conventionnelle. Cela passe par un travail « d’activation » d’un lieu, d’une communauté, et par une attention particulière aux choses quotidiennes.
Je dois préciser aussi que Dan Perjovschi a fait preuve d’une grande générosité envers ma démarche. Cela a rendu possible une réflexion ouverte qui a pris forme au-delà de la parole.

SP : Dans le film, l’environnement urbain – et plus précisément la rue – tient une place importante au même titre que l’atelier et la galerie d’art. Comment s’articulent ces glissements de décors qui ponctuent le film sur toute sa durée ?
A.M. : Les séquences dans la rue sont incommensurables. Je m’efforce d’en composer un ensemble et de comprendre la façon dont elles peuvent entrer en rapport les unes les autres puis avec les séquences filmées dans la résidence et dans la galerie. Tout le long du film, la caméra cadre intérieur/extérieur, lieux d’art/lieux publics, en questionnant leur caractère à la fois d’osmose et d’hermétisme.
Pour ce qui concerne le travail spécifique de Dan Perjovschi, ces séquences donnaient aussi à voir deux réalités différentes: le mainstream informatif, point de départ du travail de Dan Perjovschi, et la réalité, filtrée par mon point de vue, qui nous entourait lors de nos rencontres.

SP : En contrepoint des scènes d’extérieur, vous portez un focus sur le travail de l’artiste dans son atelier, à la terrasse d’un café ? Comment avez-vous travaillé avec l’artiste ?
A.M. : J’ai suivi l’artiste durant toute la préparation de l’exposition à la Galerie Michel Rein et je l’ai accompagné Dan Perjovschi pendant une matinée de travail, à la Résidence des Récollets (Paris 10è). Le dispositif verbal/frontal ne m’intéressait pas, c’est pourquoi j’ai proposé à Dan de faire quelques promenades dans les quartiers des environs de son atelier et de la galerie. Je pouvais ainsi regarder et écouter. Les fragments que j’ai glané à ce moment du tournage composent une sorte de méditation, et non pas un portrait.

SP : L’exposition à la galerie finalise en quelque sorte le film. S’il n’y avait pas eu cette actualité, quelle fin auriez-vous choisi ?
A.M. : Mon travail est basé sur une composition de fragments que je saisis à partir de la réalité environnante. Tout nait de l’équilibre entre la volonté et les circonstances. Je ne pourrais pas vous dire donc quelle fin « absolue » je pourrais choisir.
De toute manière, je dirais que ce n’est pas l’exposition qui clôt le film mais le mur redevenu blanc. Il est là comme une page où s’ouvriraient de nouveaux possibles, des recommencements.

SP : Ce film, réalisé dans un cadre d’apprentissage, constitue l’un des premiers documentaires de votre carrière. Si cela était à refaire avec votre expérience actuelle, quelles seraient les modifications ?
A.M. : Je pense que dans sa fragilité, ce film possède la qualité de se poser les bonnes questions et en laisser résonner toute l’urgence.
Par rapport à la forme, j’accorde une attention particulière au rapport de contiguïté des images et du son tout en laissant au public la possibilité d’une réflexion active propre.
Et puis, si je tournais ce film aujourd’hui, il s’agirait forcement d’un tout nouveau film.

SP : A ce jour vous avez réalisé quatre documentaires. Pourriez-vous nous parler de votre démarche actuelle ?
A.M. : Je viens de présenter mon dernier film « Variations ordinaires » au Festival de Torino. Il s’agit d’un travail tourné à Roubaix, où je suis restée en résidence deux ans pour mes études au Fresnoy – Studio National. Durant six mois, j’ai réalisé une série d’enregistrements sonores dans divers espaces publics en proposant aux passants de se remémorer des paroles qui leur étaient adressées, dans un passé proche ou lointain. Des mots qui les auraient marqués. Le film questionne le caractère dynamique et pluriel de la subjectivité singulière; la question de la distance qu’on peut prendre par rapport aux stimuli reçus. Il s’agit de mettre en avant l’expérience de l’intimité et de l’étrangeté de l’autre, qui s’offre au public dans l’espace ambigu qui se crée entre les voix off (très intimes), les images des espaces publics et les trajectoires des passants.

*Dans la lignée du cinéma direct de Jean Rouch, Richard Leacock, Pierre Perrault et Frédérick Wiseman, les Ateliers Varan, fondés en 1981 à Paris, proposent des formations liées aux métiers du film documentaire.
http://www.ateliersvaran.com

Site de Dan Perjovschi

Filmographie d’Anna Marziano
Mainstream, 26’, 2009, France
La veglia, 2’, 2010, Italie
De la mutabilité de toute chose et de la possibilité d’en changer certaines, 16’, 2011, France
Variations ordinaires, 48’, 2012, France (Site de Variations ordinaires )